L'intérêt de jeu dans une seance d'EPS par ouhmid brahim prof d'enseignement collégial Elwahda Tinejdad

L’INTERET DES JEUX DANS UNE SEANCE D’EPS

 

L’enfant est une personne sérieuse, c’est un étonnant travailleur, infatigable, attentif, précis et lucide. il se sert de ses sens, son intelligence, tous son énergie est tendus à la connaissance. Il essaie et essaie a nouveau, échoue et recommence a nouveau avec patience infinie tant qu’il n’atteint pas ce qu’il considère comme la perfection.

Toujours prêt a s’exposer, à se risquer .toujours aux prises avec des personnes, des objets, des situations difficiles écrasantes. Mais comment respecter ce sérieux ? Par quoi nous allons l’aider a s’exprimer ? Comment l’éloigner de tous ce qui est ennuyeux ? Comment créer un environnement favorable a l’apprentissage ?

-Je pense que toutes ces questions trouveront une réponse en EPS.

L’enfant a l’instinct de vivre tout expérience, il affronte tous, sans détour, sans feinte ni compromis, prêt a affronter tous les risques .Et en EPS pour alimenter les facultés et les possibilités de l’enfant, pour le socialiser on s’aide aux jeux. Mais il s’agit au début de créer un climat de tendresse et un environnement favorable à l’expérience enfantine dans lequel l’enfant se met en contact du matériel, du monde,des êtres et des objets en assurant peu à peu son intégration au groupe.

Mais il faut fournir également des stimulant à sa sensibilité et son activité créatrice, et puisque les enfants sont capables d’attitude sociale et de collaboration,’d’entraide, d’émulation il faut que les jeux se fassent en groupe dans la plupart des cas, ces groupes ne sont qu’une juxtaposition d’enfants effectuant un travail semblable. Ainsi le choix même du jeu à proposer aux enfants ne sera pas codifié et réglementé en détaille et les objectifs autour desquels ces jeux vont s’organiser feront l’objet de recherches attentives des buts à atteindre.

Il s’agit maintenant de mettre en évidence la sensibilité de l’activité enfantine, le centre d’intérêt s’assouplit et se transforme. le jeu est un moyen qui surgissent les facultés de l’enfant et parfois il a pour point de départ un jeu du quartier,à travers le jeu l’enfant se découvre et découvre ce qui l’entoure,le jeu met en action tout le groupe ,ce moyen d’affirmation de la personnalité de l’enfant ,qui libère les forces vives de l’enfant et lui permet de s’affirmer,quel est son intérêt en EPS ?

Le jeu exige de l’éducateur une grande sensibilité une connaissance du jeu en cause, ses règles, ses techniques et ses fondements .l’éducateur doit intervenir quand il le faut en gardant dans l’esprit que l’enfant et contre l’autorité, les objectifs techniques et pédagogiques trouverons leurs places dans le jeu.

Le jeu est un moyen d’expression que certains enfants éprouvent très naturellement le besoin de connaître et d’utiliser pour convaincre la timidité et l’éducateur l’utilise pour éveiller chez tous les enfants le désir de participer, de travailler et de motiver les élèves.

La plupart des enfants qui affrontent les mauvaises situations avec un courage qui n’appartient qu’a eux et aux genre de leur age, se trouvent gaie et intéressé dans la mesure ou l’on s’appuie sur leur tendances accumulées .donc le jeu est un moyen de motivation et d’apprentissage qui se fait selon un cheminement très lent et très prudent, le jeu et donc délicat et exige de l’éducateur lucidité et générosité.

On doit connaître que le jeu et sans doute un moyen avec lequel l’enfant se rencontre le plus volontier, se connaît le mieux et ses efforts se conjuguent harmonieusement pour un but c’est de vaincre l’adversaire, tous les jeux seront réglés d’après ce principe générale : ils doivent aider au développement des divers facultés de l’enfant, sans fatigue, sans contrainte, sans excès. L’éducateur est destiné à les éloigner de l’atmosphère de la classe qui est ennuyeuse en faisant éprouver les jouissances du jeu, du but à atteindre, d’iteresser l’enfant, son occupation, et la motivation peut être naturelle ou spontanée comme celle qui résulte de l’aspiration de dépasser l’enfance.

L’enfant tend à s’identifier aux héros et aux personnages admirés,il est naturelle qu’il cherche à mettre ses pas dans leurs pas ,a copier leurs actes,le dynamisme de la nature enfantine et la tendance a l’imitation conjuguent ses efforts et facilite l’acquisition de comportement nouveau grâce auxquels se réalise un dépassement dans des victoires qui apportent des possibilités neuves et sont le point de départ d’autre efforts ,d’autres prouesses,d’autres progrès ,et souvent l’éducation arrive a ses fins en suscitant un transfert de cette motivation première tel que le jeu mais qui a un vif désir.

La forme première de l’activité de l’enfant et exercice c’est le jeu, exploration de ses possibilités motrices et sensorielles, plaisir de réaliser ses mouvements renouvelés, pérféctionés lui sont une source de plaisir.mais comment faire passer l’enfant d’une activité libre même s’elle est organisé et qui a d’autre fins en plus du plaisir, a une activité dont la nature, la forme, la durée lui sont imposé ?

Le jeu de la volenté peut intéresser l’enfant et peut créer l’intérêt ou tout au moins une attention méritoire et efficace qu’un jeu rigoureux.l’eloignement du jeu en eps mettaient l’enfant dans les conditions défavorables à l’acquisition des connaissances ,l’enfant s’il produit un effort ne doit même pas en avoir conscience et il bondonne une occupation dés qu’il s’en lasse ou qu’une autre le sollicite .l’éducateur doit satisfaire le désir de l’enfant sans rien faire pour les inflechires vers quelque chose d’ardu .l’enfant n’est pas sérieux longtemps,mais quand il est sérieux il est bien,il n’a aucune frivolité ,il faut respecter ce sérieux de l’enfant ,c’est tous l’avenir humain ,sachons bien que les jeux progressivement amène l’appareil nerveuse et musculaire de l’enfant a pouvoir fournir des efforts plus prolongés ,plus divers ,qui permet l’adresse ,la précision ,il le détourne peu à peu de la recherche exclusive du plaisir pour le rendre capable d’envisager l’aspect utile et par la désirable d’un effort qui lui est demandé.

Les jeux amènent l’enfant de la motricité gratuite a une activité soutenue qui suscite la mobilisation de ses forces intellectuelle grâce à l’attention et grâce à l’intérêt qu’éveillent en lui les jeux traités,ils l’entraînent à chercher,à questionner et écouter les réponses reçues,à organiser les renseignements recueillis .les jeux apportent des réponses à des questions que se pose l’enfant et il s’intègre dans le cours normal de son évolution ,qu’il s’agisse d’améliorer des performances physique par les jeux ou d’enregistrer des connaissances le résultat cherché ne peut être atteint que par un travail systématique,ordonné en fonction du but à atteindre ,celui de l’apprentissage ,cette activité corporelle fait intervenir tour à tour des fonctions de découverte c’est aussi le résultat cherché.

Le jeu coordonne les efforts, organise le travail de façon à ne rien laisser perdre et assure toujours plus de force, de rapidité, de souplesse et par l’apprentissage au moyen du jeu les actions deviennent habituelle.les jeux sont des moyens qui améliorent l’apprentissage et le fonctionnement de la mémoire et facilitent une mobilisation rapide des connaissances.

Le jeu est un exercice des tendances, il prépare à la vie sérieuse dans laquelle ces tendances trouvent leur lieu naturel d’application, il apparaît comme résultat de l’expression de tendance plus au moins cachés il exprime avant tout un dépassement mais il n’est point le plaisir, car jouer à un certain sens c’est jouir mais il ne s’agit pas d’une jouissance hedonestique, il s’agit d’une jouissance morale.

Tout jeu suppose peu peu une réussite donc des règles et un projet car on ne peut pas réussir si on ne propose pas d’abord un but c'est-à-dire si on ne fait le projet d’arriver à une certaine fin en respectant certaines règles plus au moins strictes. le jeu est une activité intéressé pratique, le jeu est sérieux car c’est un instrument d’affirmation de soi et que l’enfant n’a guère de manières de s’affirmer en dehors du jeu.

Le jeu reste attaché a la réussite, il assure la confiance en soi sans laquelle l’être enfantin ne peut que se replier sur lui-même, et comme s’éteindre le jeu est le meilleur élément d’équilibre psychique chez l’enfant, il assure la base de la personnalité, le déficit du jeu risque toujours de causer un déficit caractérielle jeu cherche avant tout une affirmation comme globale de soi, c’est un moyen de s’exercer à connaître et comprendre la perspective d’autrui ,c’est une arme contre l’égocentrisme ,sa pratique contribue grandement à assurer cette chute de l’égocentrisme ,il éclaire le mieux la mentalité enfantine.

Les jeux arbitraire nous montre que l’enfant aime la règle parce que celle-ci permet de s’affirmer en lui donnant un obstacle ou un adversaire à vaincre car c’est le seul (jeu)dans lequel l’invention enfantine ,la spontanéité enfantine se donne libre cours,l’enfant inventant lui-même la règle .le jeu est une affirmation de soi,mais en route cette affirmation de soi est devenue une affirmation sociale .c’est dans le groupe et par le groupe que l’enfant parvient a une activité de jeu de niveau supérieure ,c’est dans le groupe et par le groupe qu’il acquiert et exprime son contrôle de soi.

Le jeu est une manifestation de la volonté ou mieux dire une épreuve de volonté ,le jeu activité spontané du peuple enfantine nous fait connaître sa nature et ses vœux bien mieux que tout autre activité,le jeu nous installe au cœur de l’enfant ,en ce qu’il possède de plus caractéristique,il nous laisse au niveau de l’enfant .l’activité de jeu peut bien manifester les forces en action chez l’enfant mais ces forces resteraient vaines si l’éducateur ne savait les inflechires dans la meilleur direction tel est le but de l’éducation et de l’éducateur même.

Le jeu nous enseigne que l’enfant normal est un être fier, il permet à l’enfant d’affirmer sa personnalité, le jeu est un moyen de dépassement de soi d’autrui et s’il est vrai que ce dépassement s’effectues dans l’instant il est vrai aussi que par la compétence de l’éducateur et ses connaissances, ce dépassement peut être le principe d’une progressive humanisation, dans le jeu l’enfant cherche la difficile, il s’éprouve en face de l’obstacle.

Le jeu nous enseigne que l’enfant aime la règle car dans la règle il trouve le plus sur et le plus constant ,moyen d’affirmation de soi mais il ne suffit pas ici de parler d’amour de la règle ou d’amour de l’ordre ,il faut aller plus loin encore car le jeu ce que nous révèle c’est une règle comme adorée ,une loi et rites correspondant à cette loi , or le jeu plus que tout autre activité met en pleine lumière cet amour des rites,il nous rappelle par la loi quelle sagesse il y a dans tout de rites scolaire ,l’enfant a besoin de maîtrise de soi qu’autant l’activité de jeu contribue à lui donner.

Le jeu est un moyen de socialisation, met l’enfant en contact de son environnement, à travers lui l’enfant découvre ce qui l’entoure, moyen d’éducation et de motivation c’est pour cela que les jeux doivent occuper la 2/3 de la séance d’EPS, malgré les contraintes matérielles et spatio-temporelle.

 

ouhmid brahim

c. elwahda Tinejdad

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

LYCEE QUALIFIANT HASSAN II ASS EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×