Définition

Par Mr Zoubair lhaj Mohamed professeur de karaté 3eme dan

encours de construction

Définition

Définition de Karaté  Le karaté est un art martial codifié par les japonais dans la première moitié du 20ième siècle. Cet art du combat puise ses origines dans les techniques pratiquées sur l'île d'Okinawa ainsi qu'en Chine.

 Description

Description de Karaté  Le karaté est basé sur des techniques de percussion utilisant l'ensemble des armes naturelles du corps (doigts, mains ouvertes et fermées, avants bras, pieds, tibias, coudes, genoux, tête, épaules ...) en vue de bloquer les attaques adverses et/ou d'attaquer.

Les techniques regroupent des parades, des esquives, des balayages, des projections et de clés. Des nuances de contenus techniques sont relativement marquées en fonction du style (shōtōkan, wadō-ryū, shitō-ryū, gojū-ryū...).

Le karaté (空手道karate-dō?) est un art martial dit japonais. Cependant, l'origine est okinawaïenne (l'île principale de l'archipel des Ryūkyū), qui a longtemps constitué un royaume indépendant du Japon, au sud de l'île de Kyūshū. En japonais, le kanji « kara » signifie le vide, et plus précisément la vacuité au sens bouddhique du terme, « te » est la technique et, par extension, la main avec laquelle on la réalise. On traduit donc souvent karaté littéralement par « la main vide ». Mais c'est une erreur due à une mauvaise interprétation. "Dô" signifiant "voie", "karate-dô" signifie "la voie de la main ET du vide".{une traduction du kara plus dans l'esprit bouddhique serait : avec un esprit sans attache, sans jugement,sans forme...} La main étant utilisée plutôt qu'une arme pour des raisons historiques liées à la naissance de cet art, et le vide étant représentatif de l'angle sous lequel doit être abordée cette voie du combat. Cependant, à l'origine, karaté était écrit avec les kanjis 唐手 (« Tō-De », « la main de Chine »).

En 1935, à cause de la montée du nationalisme japonais, et aussi surtout à cause de l'antagonisme sino-japonais, et pour faciliter la reconnaissance et la diffusion du karaté, Gichin Funakoshi (voir ci-dessous) a remplacé ces kanjis par l'orthographe actuelle, pour « gommer » l'origine chinoise, sacrifiant ainsi à l'usage japonais du moment.

Les origines de l'art

Bodhidharma et le temple de Shaolin (l'origine mythique)

Articles connexes : Monastère Shaolin et kung-fu Shaolin.

En 480 ou 520, un moine nommé Bodhidharma quitta l’Inde pour s’installer dans le temple de Shaolin dans le Nord de la Chine1. Ce monastère de la petite forêt (少林寺, shǎolín sì en Chinois) situé à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Deng Feng, avait été créé au premier siècle de notre ère par un certain Batuo, nommé le « Premier Ancêtre » et consacré en 496 par l’Empereur Xiaowen (Chao Wen) des Wei du nord qui lui décerna le titre de « Premier Monastère sous le Ciel ». Il s’agissait donc d’un monastère déjà très connu avant l’arrivée de Bodhidharma.

Durant neuf ans et devant un mur, Bodhidharma décida de se livrer à la méditation bouddhique. Cependant, au bout de trois ans de veille, le Prince Bodhidharma se laissa aller au sommeil et rêva des femmes qu'il avait jadis aimées. À son réveil, furieux de sa faiblesse, il s'arracha les paupières et les enterra. Quelque temps plus tard, il observa que les paupières avaient poussé, donnant naissance à un buisson qu'il n'avait jamais vu auparavant ; il en grignota les feuilles, et s'aperçut qu'elles avaient la propriété de tenir les yeux ouverts. Ses disciples chinois récoltèrent les graines ; ainsi commença la culture du thé. Cette découverte lui permit de prolonger sa méditation six longues années. Ce faisant il se mit à comprendre le langage des fourmis et découvrit la vérité.

La tradition, toujours elle, affirme que ces bonzes, faméliques parce que mal nourris, ne pouvaient supporter l’immobilité que leur imposait la méditation. Bodhidharma se souvint alors de diverses formes gymniques, plus ou moins guerrières, qu’il avait étudiées pendant son jeune âge sous la direction de son père. Ce dernier était, en effet, en plus de sa fonction de roi, un haut initié de la caste des Ksattriyâs et connaissait donc l’art du combat, proche de ce qui est, actuellement en Inde, le Kalaripayat. Il mit donc au point une méthode connue sous le nom évocateur de « Nettoyage des muscles et des tendons, purification de la moelle et des sinus »..., le « Yijing kingyi suijing », parfois écrit « I chin ching », méthode connue également sous les dénominations de Shi Ba Lo Han She (Shih Pa Lohan Sho), et de Ekkinkyo (Ekki Kin Kyo Jya) en Japonais.

Cette méthode mi-gymnique, mi-martiale fit couler beaucoup d’encre puisqu’elle fut considérée par certains comme étant à l’origine même des diverses pratiques martiales réputées du Monastère de la Petite Forêt... donc de la plupart des arts martiaux chinois et, ce faisant des origines profondes des arts martiaux japonais (Bujutsu et Budo).

L’enseignement de ces techniques a été et est toujours secret. Sa diffusion a été possible lors de l’invasion du temple Shaolin qui a forcé les moines à fuir dans toute la Chine et donc à diffuser ces techniques. De nos jours, beaucoup de styles se disent toujours d’inspiration de Shaolin.

Bodhidharma serait le 28e descendant de Bouddha 2 et le fondateur du Chan (zen en Japonais), bouddhisme influencé par le taoïsme et le plus répandu en Chine (à l'exception du Tibet et de laMongolie intérieure), enrichi par la culture coréenne avant d'arriver enfin au Japon3. Il diffusa son bouddhisme dans toute la Chine.

La naissance des arts martiaux s'est faite dans une période d'échanges constants avec la Chine, il y avait mélange permanent d'exercices physiques, de récits mythiques et de philosophie.

Lexique des termes japonais couramment utilisés au karaté

Les trois mots en gras sont les trois niveaux d'attaque différents.

Mot japonaisTraduction française
Age Lever, remonter
Atemi Frappe
Barai Balayer
Chūdan Niveau moyen (abdomen)
Dan Niveau, degré, grade pour une ceinture noire
Dachi/Tachi Position
Dōjō Endroit où l'on apprend la voie, où se pratique le karaté
Enpi (ou Hiji) Coude
Gedan Niveau bas (jambes)
Geri/Keri Attaque de la jambe (coup de pied)
Gyaku Contraire, opposé
Haitō Tranchant intérieur de la main (côté pouce)
Hajime Commencez !
Hara Ventre
Hiza Genou
Jōdan Niveau haut (visage)
Karate Main vide
Kansetsu Geri Coup de pied cassant (pratiqué au niveau des genoux)
Kime Décisif, « décision ultime », force
Kyū Classe, grade avant le dan
Mae Geri Coup de pied de face
Mawashi Geri Coup de pied circulaire
Morote À deux mains
Nukite Pique des doigts de la main
Oi Tsuki Coup de poing en poursuite
Rei Salut
Ryū Méthode, école
Sabaki Esquiver, tourner
Sensei Professeur, Maître
Shūtō Tranchant extérieur de la main
Sokutō Tranchant du pied
Soto Extérieur
Tatami Tapis en paille de riz
Tori Celui qui attaque
Tsuki/zuki Attaque directe (utilisé pour le poing)
Uchi Intérieur
Ude Avant-bras
Uke Celui qui se défend
Ura Opposé, arrière
Ushiro Derrière
Wado Colombe
Yame Arrêtez !
Yoko

Côté

 

Les grades et ceintures

Article détaillé : Ceinture dans les budo.
Eventail de couleurs de ceinture.

Les ceintures varient selon les styles de karaté.

À l'origine, au Japon, les pratiquants portaient un kimono blanc, similaire à leur habit de travail, ainsi qu'une ceinture blanche pour fermer la veste. La ceinture blanche devenant marron puis noire au fur et à mesure de l'entraînement, la ceinture noire fut considérée comme l'ultime étape à atteindre.

Le style Shotokan de Maître Ohshima a gardé ce principe originel de trois couleurs, blanche du 9e Kyu au 3e, marron du 3e à shodan (première dan), puis noire de shodan à godan (5e dan).

Même si, à l'origine, le karaté ainsi que les autres arts martiaux n'utilisaient la ceinture que pour tenir le pantalon, il devint vite courant de différencier le pratiquant initié (et non « accompli ») du débutant en ceignant une ceinture noire (initié) ou blanche (débutant). Par la suite, la ceinture marron apparut. Elle désignait l'élève sur le point d'obtenir la ceinture noire. De nos jours, une classification large et variée existe et varie en fonction des styles et des écoles.

Néanmoins, les différents pratiquants s'entendent en général sur les éléments suivants :

  1. il peut y avoir entre six et dix niveaux à gravir jusqu'à la première ceinture noire, ils sont appelés kyū (, « rang ») et vont de dix à un (voir la liste des couleurs ci-après à titre indicatif). Ces niveaux sont à la discrétion du sensei et/ou de la fédération qui enseigne dans le dojo et peuvent être encore subdivisés en sous-grades généralement représentés par des barrettes noires ou de couleur apposées sur la ceinture. Ces barrettes sont parfois aussi utilisées sur la ceinture blanche (dans certains styles traditionnels) pour indiquer les kyū à défaut de changer de couleur ;
  2. ensuite vient la (première ceinture noire) qui est en fait le 1er dan (, « niveau ») : le karatéka a acquis les bases du style ;
  3. puis, les dan (niveaux) se succèdent en ordre croissant jusqu'au 10e dan qui est le grade le plus élevé et bien souvent réservé au soke (ou directeur du style, le fondateur ou son héritier). Les passages de grade se font dans le club jusqu'au 1er kyū mais, en France, les dan se passent devant la fédération dont on dépend et devant jury (suivant un programme en général délimité collégialement).

Toutes les écoles ne décernent pas le même nombre de dan maximum. Par exemple, l'école Shotokan estime que le 5e dan est le dernier qui puisse être atteint (selon Tutsomu Ohshima Sensei, qui a reçu son 5e dan des mains de Gichin Funakoshi Sensei avant la mort de ce dernier).

La succession de couleurs en Belgique et en France est généralement : blanc, jaune, orange, vert, bleu et enfin marron. Le marron correspondant au 1er kyū et le blanc au 10e ou parfois directement au 6e kyū. Les ceintures bicolores (blanc et jaune, jaune et orange, etc.) sont parfois utilisées comme ceintures intermédiaires. Aux États-Unis et dans bien d'autres pays, les couleurs sont très différentes et leur succession diffère. En Allemagne, la succession et les couleurs sont les mêmes, des ceintures bicolores ne sont pas utilisées.

9e kyū (blanche) 8e kyū (jaune) 7e kyū (orange) 6e kyū (verte) 5e kyū(violette/bleue¹) 4e kyū(violette/bleue¹) 3e kyū (marron) 2e kyū (marron) 1er kyū (marron) 1er dan, 2e dan, 3e dan...
(noire)
Blanche 9ème kyu Judo white belt.PNG
Jaune 8ème kyu Judo yellow belt.PNG
Orange 7ème kyu Judo orange belt.PNG
Verte 6ème kyu Judo green belt.PNG
Bleu 5ème kyu Judo blue belt.PNG
Bleu 4ème kyu Judo blue belt.PNG
Marron 3ème kyu Judo brown belt.PNG
Marron 2ème kyu Judo brown belt.PNG
Marron 1er kyu Judo brown belt.PNG
Noire 1er,2ème,3ème...10ème dan Judo black belt.PNG

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

LYCEE QUALIFIANT HASSAN II ASS EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×